Robin Duvillard

gallery/duvillard1

Aujourd'hui vous allez découvrir un skieur extraordinaire de l'équipe de France de Ski de Fond. C 'est Robin Duvillard. A travers cette interview, découvrez-en un peu plus sur lui et ce monde qui l'entoure.

 

 

 

Quelques dates retraçant ta carrière...

Robin : Février 1999 : 3eme au championnat de France cadet.

Mars 2008 : 1er points en coupe du monde. Je finis 21ème sur le 50km d'Oslo.

16 février 2014 : médaille de bronze, lors du relais 4 x 10km, aux Jeux Olympiques de Sotchi.

 

A quel âge et pourquoi as-tu commencé le ski ?

Robin : Quand j'étais tout petit, je faisais du hockey, du ski alpin pour le plaisir et du ski de fond, au début contre ma volonté. A 9 ans, après une après-midi avec des petits du club de Villard de Lans, je m'y suis inscrit et j'ai pris de plus en plus de plaisir à faire du ski de fond. Ensuite, je suis entré en sixième en classe sportive et les résultats ont suivi.

 

Comment se sont passés tes Jeux Olympiques à Vancouver ?

Robin : J'étais très jeune et ce n'était pas prévu. Il y a eu un gros résultat et tout s'est enchaîné après. Je suis un peu arrivé en spectateur car mon rêve se réalisait. J'ai donc profité de l'ambiance mais sportivement ça n'a pas été grandiose.

 

Comment se sont passés tes Jeux Olympiques à Sotchi ?

Robin : Grâce à l'expérience que j'ai eu à Vancouver, je ne suis ni sorti dans le village, ni allé voir une autre compétition. Je me suis focalisé sur mes deux courses, d'autant plus que j'étais arrivé plus tard que les autres. Ces Jeux ont été beaucoup plus sportifs que ceux de Vancouver avec une médaille de bronze sur le relais.

 

As-tu de futurs projets en ski ?

Robin : Oui, bien sûr. Tout d'abord les championnats du monde et puis les Jeux Olympiques l'année prochaine. Et ensuite, gagner une coupe du monde ou une médaille individuelle aux championnats du monde ou aux Jeux Olympiques.

 

Comment prépares-tu tes courses ?

Robin : Depuis la fin 2008, je travaille avec un préparateur mental qui me permet d'appréhender les courses différemment et d'avoir une meilleure connaissance sur moi-même ainsi que sur mon fonctionnement. Je fais également un travail de visualisation, d'apnée, d'hypnose ainsi que de la natation pour « vivre » la course avant de la faire.

 

Comment te sens-tu avant un départ ?

Robin : Selon les courses, je suis plus ou moins stressé et excité. Lorsque je réussis assez bien l'entraînement, je suis dans les meilleures conditions grâce à la confiance en soi. Le stress n'est pas le même lors d'une course individuelle ou un relai ; je suis plus excité.

 

As-tu d'autres passions mis à part le ski ?

Robin : J'aime tous les sports, je suis très joueur et j'aime cuisiner mais rien ne peut égaler le ski.

 

As-tu une future reconversion en vue ?

Robin : Actuellement, je suis sportif militaire ce qui me permet de vivre du sport et d'être physiquement à 100%. J'ai un projet avec 2 autres biathlètes qui est de créer une structure d'accueil pour sportifs à Corrençon-en-Vercors. Les travaux démarreront au printemps et on espère une ouverture en été 2018. Cette structure sera composée d'environ 15 chambres, un restaurant, une salle de musculation, une salle de récupération et des locaux pour le matériel, le séchage... avec un emplacement idéal qui est au bord de la piste de ski à roulette de Corrençon. Notre premier objectif est d'amener le sportif amateur lambda aux équipes de France ou aux équipes étrangères avec une priorité sur le ski de fond et le biathlon. Et ensuite créer une académie sportive pour toutes sortes de personnes afin de partager l'expérience que l'on a acquise au cours des années et la partager. Cette structure se démarquerait des autres du fait de sa différence d'entrainement.

 

 

Encore merci à toi d'avoir accepté et pris du temps pour répondre à mes questions. A bientôt et bonne fin de saison!